🍈 NUTRITION SANTÉ đŸŒ±

DerniĂšre mise Ă  jour : 5 janv.

Les bienfaits de la prune : pourquoi en manger ?

Plusieurs Ă©tudes prospectives et Ă©pidĂ©miologiques soutiennent qu’une consommation Ă©levĂ©e de fruits et lĂ©gumes contribue au maintien d’une bonne santĂ© en diminuant le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et de maladies chroniques.


ModĂ©rĂ©ment sucrĂ©e, la prune est dĂ©saltĂ©rante et richement pourvue en fibres mais Ă©galement en bĂȘta-carotĂšne.


Ce fruit estival est aussi rempli de vitamines et possÚde de nombreuses propretés interessantes pour notre organisme.


Laxative

La prune contient des fibres alimentaires et du sorbitol qui peuvent s’avĂ©rer utiles dans le traitement de la constipation.

Des vertus anti-oxydantes

Une Ă©tude rĂ©alisĂ©e chez l’animal a dĂ©montrĂ© que la consommation de pruneaux permettait d’augmenter la capacitĂ© antioxydante de l’organisme et de diminuer certains facteurs de risque du cancer du cĂŽlon. Une autre Ă©tude a mis en Ă©vidence que des composĂ©s contenus dans les prunes pourraient rĂ©duire la croissance et la diffĂ©renciation des cellules cancĂ©reuses du cĂŽlon humain. Il a aurait Ă©galement Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© selon des etudes rĂ©alisĂ©es in vitro que des extraits de prunes pouvaient contribuer Ă  diminuer la viabilitĂ© et inhiber la prolifĂ©ration de diffĂ©rentes cellules cancĂ©reuses.


Un polyphĂ©nol, l’acide chlorogĂ©nique (Les polyphĂ©nols constituent une famille de molĂ©cules organiques largement prĂ©sente dans le rĂšgne vĂ©gĂ©tal) prĂ©sent dans la prune et reconnu pour son pouvoir antioxydant pourrait exercer des effets anxiolytiques.

Les composĂ©s phĂ©noliques sont des substances antioxydantes prĂ©sentes dans les aliments d’origine vĂ©gĂ©tale. Ils contribuent entre autres Ă  la couleur des fruits et des lĂ©gumes. La prune contient diffĂ©rents composĂ©s phĂ©noliques, principalement des flavonoĂŻdes et des acides phĂ©noliques. Les acides phĂ©noliques de la prune jaune contribuent davantage Ă  leur activitĂ© anti-oxydante que les flavonoĂŻdes.


Pour informations :

Les principales propriĂ©tĂ©s des composĂ©s phĂ©noliques sont surtout antiseptiques, antibactĂ©riennes et anti-inflammatoires. La cĂ©lĂšbre molĂ©cule que nous connaissons tous, l'acide acĂ©tylsalicylique qui n'est autre que l'aspirine, a Ă©tĂ© influencĂ©e pour sa synthĂšse chimique par deux plantes mĂ©dicinales. Le saule blanc et la reine-des-prĂ©s qui contiennent respectivement de l’acide salicylique ainsi que de l’aldĂ©hyde salicylique. Ces molĂ©cules appartiennent Ă  la famille des phĂ©nols.



Diminution du « mauvais cholestĂ©rol » et du risque d’athĂ©rosclĂ©rose

La consommation quotidienne de prunes diminuerait le « mauvais » cholestĂ©rol (LDL) chez des personnes avec de l’hypercholestĂ©rolĂ©mie.


L'hypercholestérolémie qu'est ce que c'est : le cholestérol est une substance que le corps produit et qui ressemble à du gras. Il n'est pas dangereux en soi mais des taux élevés de cholestérol ou de triglycérides (lipides) dans le sang sont un important facteur de risque de maladie du coeur et de la circulation sanguine.


La consommation de fruits, plus particuliĂšrement de prunes et pruneaux, pourrait s’avĂ©rer bĂ©nĂ©fique pour rĂ©duire le risque de maladies cardiovasculaires et d’accidents vasculaires cĂ©rĂ©braux.



D'ailleurs, les prunes ne ressembleraient-elles pas Ă  de petits coeur ?

Source de minéraux et oligo-éléments

La prune est une source de potassium. Dans l’organisme, le potassium sert Ă  Ă©quilibrer le pH du sang et Ă  stimuler la production d’acide chlorhydrique par l’estomac, favorisant ainsi la digestion. De plus, il facilite la contraction des muscles, incluant le cƓur, et participe Ă  la transmission de l’influx nerveux.


La prune est une bonne source de fer et une source de manganÚse. Le manganÚse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres. Un radical libre est une molécule instable produite par le stress, l'inflammation et la respiration. Cette molécule est impliquée dans le vieillissement prématuré de nos cellules.



Source de vitamine K

La prune et le pruneau sont des sources de vitamine K. Elle est nĂ©cessaire pour la fabrication de protĂ©ines qui jouent un rĂŽle dans la coagulation du sang. Elle participe aussi Ă  la formation des os. En plus de se trouver dans l’alimentation, la vitamine K est largement fabriquĂ©e par des bactĂ©ries prĂ©sentes dans l’intestin.

De la vitamine C et de la vitamine B en quantité appréciable

La prune et le jus de pruneau sont des sources de vitamine C. Le rĂŽle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delĂ  de ses propriĂ©tĂ©s antioxydantes; elle contribue aussi Ă  la santĂ© des os, des cartilages, des dents et des gencives. Nous avons tous entendu parler du scorbut, cette maladie qui apparaissait sur les navires lorsque les matelots manquaient de denrĂ©es  fraĂźches comme les fruits et les lĂ©gumes, sensibles Ă  la moisissure et peu concevables Ă  l'Ă©poque. En plus de protĂ©ger contre les infections, la vitamines C favorise l’absorption du fer contenu dans les vĂ©gĂ©taux et accĂ©lĂšre la cicatrisation.


La prune est une bonne source de vitamine B6. Aussi appelĂ©e pyridoxine, cette vitamine fait partie de coenzymes qui participent au mĂ©tabolisme des protĂ©ines et des acides gras ainsi qu’à la fabrication des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue Ă©galement Ă  la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygĂšne. La pyridoxine est aussi nĂ©cessaire Ă  la transformation du glycogĂšne en glucose et elle contribue au bon fonctionnement du systĂšme immunitaire. Enfin, cette vitamine joue un rĂŽle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses.